Une recherche demande une évaluation indépendante : remise en question de la sécurité des limites actuelles d’exposition aux RFR

Le 18 octobre 2022

Les scientifiques appellent à un moratoire sur la 5G après qu’une étude montre que les régulateur ignorent les risques pour la santé liés aux rayonnements

Les auteurs d’une étude évaluée par des pairs publiée mardi 18 octobre 2022 ont mis en garde contre les risques d’exposition aux rayonnements de la technologie 5G et ont déclaré que leurs recherches montrent que les limites d’exposition existantes pour les rayonnements sans fil sont inadéquates, obsolètes et nocives pour la santé humaine et la faune: introduction de l’article du 19 octobre 2022 avec la photo ci-dessous par Michael Nevradakis, Ph.D. parue sous ce lien https://childrenshealthdefense.org/defender/5g-cell-tower-health-risks-radiation/

Voici les documents de cette étude en PDF détaillée en version originale ( anglais ) Document original en anglais réévaluation limites d’exposition aux RFR et la version traduite en français Trad° Réévaluation limites d’exposition aux RFR_2022 ( pour les figures et tableaux qui ne sont pas dans le document traduit : consultez le document original ) où vous trouverez les détails des informations de l’article résumé traduit ci-dessous. Ce document a été rédigé par International Commission on the Biological Effects of Electromagnetic Fields (ICBE-EMF)

Traduction du lien par Deepl

https://www.saferemr.com/2022/10/international-commission-on-biological.html

Commission internationale sur les effets biologiques des champs électromagnétiques (ICBE-EMF)

https://ICBE-EMF.ORG

La technologie sans fil n’a pas fait l’objet d’une évaluation adéquate des risques pour la santé humaine et l’environnement

Un nouveau document révisé par des pairs présente des arguments scientifiques en faveur d’une révision des limites.

TUCSON, AZ – 18 octobre 2022 – La Commission internationale sur les effets biologiques des champs électromagnétiques (CIEB-EMF) remet en question la sécurité des limites actuelles d’exposition aux rayonnements radiofréquences (RFR) dans le domaine des technologies sans fil et demande une évaluation indépendante.

Publié aujourd’hui dans la revue Environmental Health, « Scientific evidence invalidates health assumptions underlying the FCC and ICNIRP exposure limit determinations for radiofrequency radiation : implications for 5G », démontre comment la Federal Communications Commission (FCC) des États-Unis et la Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP) ont ignoré ou écarté de manière inappropriée des centaines d’études scientifiques documentant des effets néfastes sur la santé à des expositions inférieures à la dose seuil revendiquée par ces agences, qui a été utilisée pour établir les limites d’exposition humaine. Les auteurs affirment que le seuil, fondé sur des données scientifiques des années 1980 – avant l’omniprésence des téléphones portables – est erroné et que les limites d’exposition basées sur ce seuil ne protègent pas adéquatement les travailleurs, les enfants, les personnes souffrant d’hypersensibilité électromagnétique et le public de l’exposition aux rayonnements non ionisants provenant de la transmission de données sans fil.

« De nombreuses études ont mis en évidence des effets oxydatifs associés à l’exposition aux RFR de faible intensité, ainsi que des effets néfastes importants, notamment la cardiomyopathie, la cancérogénicité, les lésions de l’ADN, les troubles neurologiques, l’augmentation de la perméabilité de la barrière hémato-encéphalique et les lésions du sperme », explique le Dr Ronald Melnick, président de la Commission et ancien toxicologue principal du programme national de toxicologie de l’Institut national des sciences de la santé environnementale. « Ces effets doivent être pris en compte dans des directives d’exposition révisées et protectrices de la santé. En outre, l’hypothèse selon laquelle les ondes millimétriques 5G sont sans danger en raison de leur pénétration limitée dans le corps n’écarte pas la nécessité de mener des études sur les effets sur la santé. »

Le Dr Lennart Hardell, ancien professeur à l’hôpital universitaire d’Örebro, en Suède, et auteur de plus de 100 articles sur les rayonnements non ionisants, a ajouté : « De multiples études humaines robustes sur les rayonnements des téléphones portables ont révélé des risques accrus de tumeurs cérébrales, et celles-ci sont étayées par des preuves claires de la cancérogénicité des mêmes types de cellules constatées dans les études animales. »

La Commission estime qu’une évaluation indépendante fondée sur les preuves scientifiques et tenant compte des connaissances acquises au cours des 25 dernières années est nécessaire pour établir des limites d’exposition plus basses. La Commission demande également que des études sanitaires soient réalisées avant tout déploiement futur de réseaux 5G.

Elizabeth Kelley, directrice générale de la Commission, a souligné que « l’ICBE-EMF a été commandée par les conseillers de l’International EMF Scientist Appeal, une pétition signée par plus de 240 scientifiques qui ont publié plus de 2 000 articles sur les CEM, la biologie et la santé, et que « les commissaires ont approuvé les recommandations de l’Appeal pour protéger la santé publique et environnementale. »

Pour en savoir plus sur le document et ses co-auteurs, voir :

http://www.icbe-emf.org/activities/.

Contact médias :

Joel M. Moskowitz, PhD

e-mail à : media.inquiries@icbe-emf.org

https://www.yahoo.com/now/icbe-emf-submits-wireless-technology-000000634.html

Points clés

Les scientifiques du CIEA-FEM signalent que les limites d’exposition aux rayonnements de radiofréquence (ou sans fil) fixées par l’ICNIRP et la FCC sont basées sur des hypothèses invalides et des données scientifiques dépassées, et ne protègent pas la santé humaine et la faune.

L’ICBE-EMF demande une évaluation indépendante des effets et des risques des rayonnements de radiofréquences, basée sur des preuves scientifiques issues d’études évaluées par des pairs et menées au cours des 25 dernières années. L’objectif d’une telle évaluation serait d’établir des normes d’exposition protégeant la santé des travailleurs et du public.

Le public devrait être informé des risques sanitaires des radiations sans fil et encouragé à prendre des précautions pour minimiser les expositions, en particulier pour les enfants, les femmes enceintes et les personnes hypersensibles aux ondes électromagnétiques.

L’ICBE-EMF appelle à un moratoire immédiat sur la poursuite du déploiement des technologies sans fil 5G jusqu’à ce que la sécurité soit démontrée et non simplement supposée.

Commission internationale sur les effets biologiques des champs électromagnétiques. Des preuves scientifiques invalident les hypothèses sanitaires sous-jacentes aux déterminations des limites d’exposition de la FCC et de l’ICNIRP pour les rayonnements de radiofréquence : implications pour la 5G. Santé environnementale. (2022) 21:92. doi.org:10.1186/s12940-022-00900-9.

Résumé

À la fin des années 1990, la FCC et l’ICNIRP ont adopté des limites d’exposition aux rayonnements de radiofréquence (RFR) afin de protéger le public et les travailleurs des effets indésirables des RFR. Ces limites étaient fondées sur les résultats d’études comportementales menées dans les années 1980, impliquant des expositions de 40 à 60 minutes chez 5 singes et 8 rats, puis sur l’application de facteurs de sécurité arbitraires à un seuil apparent de débit d’absorption spécifique (DAS) de 4 W/kg. Les limites étaient également basées sur deux hypothèses majeures : tout effet biologique était dû à un échauffement excessif des tissus et aucun effet ne se produirait en dessous du SAR seuil putatif, ainsi que douze hypothèses qui n’étaient spécifiées ni par la FCC ni par l’ICNIRP.

Dans cet article, nous montrons comment les 25 dernières années de recherches approfondies sur les RFR démontrent que les hypothèses sous-jacentes aux limites d’exposition de la FCC et de l’ICNIRP ne sont pas valides et continuent de présenter un danger pour la santé publique. Les effets néfastes observés à des expositions inférieures au seuil supposé du DAS comprennent l’induction non thermique d’espèces réactives de l’oxygène, des dommages à l’ADN, la cardiomyopathie, la cancérogénicité, des dommages au sperme et des effets neurologiques, y compris l’hypersensibilité électromagnétique. De plus, de multiples études humaines ont trouvé des associations statistiquement significatives entre l’exposition aux RFR et l’augmentation du risque de cancer du cerveau et de la thyroïde.

Pourtant, en 2020, et à la lumière de l’ensemble des preuves examinées dans cet article, la FCC et l’ICNIRP ont réaffirmé les mêmes limites qui avaient été établies dans les années 1990. Par conséquent, ces limites d’exposition, qui reposent sur des suppositions erronées, ne protègent pas adéquatement les travailleurs, les enfants, les personnes hypersensibles et la population en général contre les expositions aux RFR à court ou à long terme.

Il est donc urgent de fixer des limites d’exposition protectrices pour la santé humaine et l’environnement. Ces limites doivent être fondées sur des preuves scientifiques plutôt que sur des suppositions erronées, en particulier compte tenu de l’augmentation des expositions mondiales des personnes et de l’environnement aux RFR, y compris les nouvelles formes de rayonnement des télécommunications 5G pour lesquelles il n’existe aucune étude adéquate des effets sur la santé.

Document en libre accès :

https://ehjournal.biomedcentral.com/articles/10.1186/s12940-022-00900-9

Co-auteurs :

Ronald L. Melnick : National Toxicology Program, National Institute of Environmental Health Sciences (retraité), Ron Melnick Consulting LLC, Logan, Utah, USA (auteur correspondant)

Igor Belyaev : Institut de recherche sur le cancer, Centre de recherche biomédicale, Académie slovaque des sciences, Slovaquie

Carl Blackman : Agence américaine de protection de l’environnement (retraité), Caroline du Nord, États-Unis.

Kent Chamberlin : Département d’ingénierie électrique et informatique, Université du New Hampshire, États-Unis.

Suleyman Dasdag : Département de biophysique, Université Medeniyet d’Istanbul, École de médecine, Turquie

Alvaro DeSalles : Programme d’études supérieures en génie électrique (PPGEE), Université fédérale de Rio Grande do Sul (UFRGS), Porto Alegre, Brésil.

Claudio Fernandez : Division du génie électrique et électronique, Institut fédéral de Rio Grande do Sul (IFRS), Canoas, Brésil.

Lennart Hardell : Département d’oncologie, Hôpital universitaire d’Orebro (retraité), Fondation pour la recherche sur l’environnement et le cancer, Orebro, Suède.

Paul Héroux : Épidémiologie, biostatistique et santé au travail, Faculté de médecine, Université McGill, Canada

Elizabeth Kelley : ICBE-EMF et International EMF Scientist Appeal, et Electromagnetic Safety Alliance, Arizona, USA

Kavindra Kesari : Département de physique appliquée, École des sciences, Université Aalto, Espoo, Finlande.

Don Maisch : EMFacts Consultancy ; The Oceanic Radiofrequency, Scientific Advisory Association, Tasmania, Australie.

Erica Mallery-Blythe : Physicians’ Health Initiative for Radiation and Environment ; British Society of Ecological Medicine ; Oceania Radiofrequency Scientific Advisory Association, Royaume-Uni.

Anthony Miller : Dalla Lana School of Public Health (Professeur émérite), Université de Toronto, Ontario, Canada

Joel M. Moskowitz : École de santé publique, Université de Californie, Berkeley, Californie, USA

Wenjun Sun : École de santé publique, École de médecine de l’Université de Zhejiang, Hangzhou, Chine

Igor Yakymenko : Université nationale de technologie alimentaire, Université de médecine de Kiev, Ukraine.

À propos de la Commission internationale

sur les effets biologiques

des champs électromagnétiques

Fondée en 2021, la CIE-CEM a été mandatée par les conseillers de l’Appel international des scientifiques sur les champs électromagnétiques. La Commission a pour mission d’assurer la protection des humains et des autres espèces contre les effets nocifs des rayonnements non ionisants. Notre objectif principal est de formuler des recommandations, basées sur des recherches scientifiques évaluées par des pairs, qui incluent et vont au-delà de l’établissement de directives numériques d’exposition pour garantir la sécurité. La CIEA-FEM est composée d’un consortium multidisciplinaire de scientifiques, de médecins et de professionnels qui sont ou ont été impliqués dans la recherche sur les effets biologiques et sanitaires des fréquences électromagnétiques jusqu’à 300 GHz inclus.